Visa pour Venise

"Le bestiaire"

James MORRIS

 

es myriades d'animaux sculptés qui décorent la ville et qui sont pour beaucoup dans son aspect extravagant.

Ces figurent se rapportent souvent à quelques vieux symbolisme animal- le lièvre représente la luxure, le renard la ruse, le pélican la fidélité, l'agneau la douceur, la grue la vigilance, l'araignée la patience.

 

arfois, ils sont l'emblème d'une famille: ainsi riccio le porc-épic par exemple sur la maison Rizzo. D'autres cependant , mettent une complaisance perverse à représenter des êtres dégénérés, des scènes d'horreur ou de cruauté,des caprices de la nature. Il n'y a plus de jardin zoologique à Venise, mais une ménagerie insensée est gravée sur ses murs et, partout où vous allez, des créatures fantastiques vous guettent, tapies dans la maçonnerie: chien, crocodiles, oiseaux, basilics, crabes ,serpents, monstres divers et effroyables espèces.

xxxxxxxxxxxx

xx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

San Polo

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

n voit d'innombrables aigles qui ont l'air d'avoir été fabriqués avec des ananas.

 

xxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Il y a quelques "dromadaires "très étranges.

Façade de San Moïse

Palazzo Mastelli.Cannaregio

Corte del Teatro Vecchio

Vincenzo CORONELLI

Un moine cosmographe
Moine franciscain, Coronelli est aussi le père fondateur de l'Académie des Argonautes, une des premières sociétés de géographie en Europe. 

Il est nommé cosmographe de la Sérénissime République de Venise à l'âge de 35 ans, puis démis de ses fonctions religieuses à 55 ans. Il deviendra alors ingénieur hydraulicien.


Il a réalisé au cours de son existence plus de 400 cartes basées sur les récits des missionnaires et découvreurs ainsi qu'une série de globes, terrestres et célestes, qui ont assis sa renommée.

 

 

Sur une fontaine de la maison Goldoni, il y a un porc-épic difforme,  

et un boeuf qui louche près de l'église de San Aponal.

Un oiseau imaginaire à long cou scrute avec une intensité de myope l'endroit où la Merceria aboutit au Rialto.

 

Cortile du Palazzo ODONI

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

eaucoup de ces bêtes monstrueuses ont quelque chose de maléfique, des dragons contorsionnés de l'église-cinéma de Santa Margherita aux coqs arrogants du plancher de San Donato, à Murano, qui transportent un renard les pattes en l'air, attaché à une perche, comme vous ramèneriez au campement un malheureux grizzli.

 

ans l'arcade du Palais des Doges, un chapiteau entier est consacré aux animaux en train de dévorer leurs proies- un lion avec une cuisse de cerf, un loup avec un oiseau lacéré, un renard avec un coq, un griffon avec un rat, un ours avec un rayon de miel.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

es animaux de pierre de Venise sont toujours en train de ronger, de déchirer, de lutter, de mordre, de se tordre de douleur, à moins qu'ils ne forment un inextricable réseau de membres, de dents, de poils, d'oreilles et de salive.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
i vous examinez la mosaïque représentant le baptême du Christ dans le baptistère de la basilique, vous découvrirez que même les eaux du  Jourdain sont infestées d'espadons.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Titien. la Vierge au lapin.

 

De nos jours, le lapin blanc évoque plutôt « Alice au pays des merveilles » que la vierge Marie, avouons-le.

Ici, il représente la blancheur de la pureté de Marie. Il faut savoir une petite chose : à l’époque, les images mentales évoquées par la vision de lapins étaient les mêmes qu’aujourd’hui. Si plusieurs lapins sont représentés dans une toile, c’est signe de dépravation. Or, en étudiant ce tableau, des spécialistes ont découvert que Titien en avait effacé plusieurs. Soit il a hésité sur l’emplacement définitif de l’unique lapin, soit le thème final de la toile a évolué au fil de sa composition.

 

Toujours est-il qu’un des lapins n’a pas été totalement supprimé. Vous le voyez ?""""

 

http://coquecigrues-billevesees.over-blog.com/article-19929864.html

 

 

xxxxxxxxxx

 

Porte della Carta

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Rien n'est plus charmant que les petits animaux de la peinture vénitienne, 

des chiens figés de Carpaccio  

 

:-)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

à l'âne ironique de la Crucifixion du Tintoret, mâchant tristement des rameaux flétris derrière la Croix. 

 

Mais les sculpteurs vénitiens ont infusé à leur monde animal de straces de paranoïa, dont la subtilité et l'originalité ont progressivement décliné jusqu'à leur point le plus bas, dans la tête hideuse, mi-humaine, mi-bestiale, aux yeux exorbités et à la langue avide qui se trouve sur le mur de Santa Maria Formosa !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxx